Promotion de la filière de lait: Laiterie Kossam Bam, la résiliente

En 2000, lorsque Madame Haoua Bandé/Diallo et ses collaboratrices avaient lancé les activités de la mini-laiterie Kossam Bam de Kongoussi avec l’accompagnement de la Mairie de ladite commune et de celle de Cantella, elles avaient une capacité de production estimée à 15 litres par jours. Avec abnégation, les femmes de la Coopérative Allawalou se sont activées à trouver les voies et moyens pour d’abord briser les préjugés féodaux de l’époque, trouver des débouchés pour leurs produits, renforcer leurs connaissances sur le respect des normes prescrites dans la production et la transformation du lait afin d’assurer sa survie et jouer sa partition dans le développement du Burkina Faso. Ces défis ont été un temps soi-peu relevés et 19 ans après sa création l’entreprise vit et met divers types de produits laitiers de qualité à la disposition des populations, malgré des difficultés.

Yaourt. Lait frais. Gapal. Ce sont là entre autres les produits laitiers que la mini-laiterie Kossam Bam de la Coopérattive … met à la disposition des populations du Centre-nord du Burkina Faso. Avec une capacité de production journalière estimée à environ 60 litres par jour, les acteurs de cette mini-laiterie dirigée par Mme Haoua Bandé/Diallo s’activent quotidiennement à garantir aux populations leur droit de disposer de produits laitiers de qualité. Pour ce faire, Mme Bandé a fait le choix de transformer exclusivement que le lait frais de vache locale. Ainsi, elle a l’assurance d’offrir aux populations des produits laitiers riches, nutritifs et donc de qualité. La trentaine de producteurs qui livre la matière première à la laiterie Kossam Bam de Kougoussi ont en outre été outillés à traire le lait de leurs vaches de façon conforme et à les faire acheminer vers l’unité de transformation dans le respect des normes prescrites en la matière. Et chaque matin, l’équipe de Mme Bandé procède par plusieurs types de tests pour se rassurer que tout le processus a été respecté et que le lait fourni au quotidien est un lait de qualité.

Le respect des normes de production et de transformation du lait par la laiterie Kossam Bam lui vaut bien d’éloge. Les clients, essentiellement constitués de particuliers, affluent au quotidien pour déguster les produits laitiers de cette merveille du Centre-nord. Assane Sana, enseignant de profession est sans réserve lorsqu’il s’agit d’apprécier les produits de laiterie dirigée par madame Bandé « Le lait de Kossam Bam, c’est du lait de très bonne qualité. j’ai toujours apprécié leur lait et à chaque fois que je dis je vais venir prendre le lait chez eux, beaucoup de mes collègues me commissionnent. Il y a de la qualité, la propreté aussi. il a un goût particulier et on sait que ça été travaillé avec de l’art. Je fréquente la laiterie, cela vaut plus de trois ans. Je n’ai jamais rencontré de difficultés ici et c’est ce qui fait que je suis fréquent. C’est une occasion pour moi de lancer un appel au population de fréquenter Kossam bam car il y a des produits qualité et très hygiéniques. »

La laiterie arrache les éloges de bien de consommateurs du rai lait, mais fait face à des difficultés majeures. L’insécurité qui sévit dans la région impacte sur la bonne marche des activités. Les acteurs de la chaîne de production se trouvent bien souvent contraints de ne pouvoir fournir la matière première à la laiterie en raison soit de la gâchette des bandes armées, soit pour fuir les tracasseries des Forces de défense et de sécurité. Aussi, la fourniture de façon discontinue de l’électricité laisse des peaux de bananes sur la marche courageuse de Mme Awa Bandé/Diallo et ses collaboratrices. Les délestages causent des pertes pouvant atteindre la barre de 150.000 par mois à cette laiterie. Les clients affluent certes au niveau de laiterie Kossam Bam, mais cela est bien insuffisant. Au regard des précautions prises pour mettre des produits laitiers de qualité à la disposition des populations et de la détermination des femmes à renforcer les bases du développement du Burkina Faso, Kossam Bam plaide bien évidemment pour l’acquisition de marché institutionnel. Le marché tirant la production, Kossam Bam se veut etre à même de décupler sa production laitière quotidienne en cas de marché.

L’appel que Mme Haoua Bandé/Diallo a lancé ne souffre d’aucune ambiguité « Nous appelons la population du Bam à nous faire confiance en consommant nos produits. Tout ce que nous gagnons ici, nous pouvons dire que c’est la population et la commune qui gagnent. Au lieu d’acheter des produits laitiers importés, nos populations doivent acheter et consommer nos produits locaux, notre lait local transformé dans les règles de l’art. C’est à ce prix aussi que nous allons contribuer au developpement de notre commune et de notre pays. ».

Sentinelle BF

1 Comment

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*