Lait local : La Laiterie de Nagrin, une laiterie dynamique au cœur de la capitale burkinabè

Informaticien de formation, Ahmadou Moctar Diallo est le promoteur de la Laiterie de Nagrin à Ouagadougou. Cette laiterie, située au quartier Ouaga 2000 a été créée en 2008 avec pour objectif premier de mieux approvisionner les Ouagavillois en produits laitiers de qualité. A ses débuts, la Laiterie de Nagrin n’avait qu’une capacité de production journalière de 40 litres. En un peu plus de dix ans, cette laiterie, sous l’impulsion de son promoteur, a multiplié par plus de dix cette capacité de production. Comment Ahmadou Moctar Diallo, cet informaticien de formation est-il parvenu à être promoteur d’une laiterie à succès ? Quelles sont les difficultés auxquelles lui et les autres acteurs de la filière lait font face ? Quels sont les défis actuels de son entreprise ? Nous sommes allés à la rencontre de ce Chef d’entreprise qui inspire par sa rigueur au travail et sa proximité avec ses employés et ses clients.

 


2002 ou le début de l’aventure de « l’informaticien-laitier »
.

« L’aventure a commencé depuis 2002 alors qu’on essayait de représenter une laiterie qui se trouve à Ouahigouya. Alors cette laiterie, que j’aime appeler la laiterie mère, avait besoin de débouchés à Ouagadougou. Elle nous envoyait leurs produits que nous distribuions dans la capitale. Et petit à petit, on s’est rendu compte qu’elle n’arrivait plus à satisfaire la clientèle que nous avons ici. », nous raconte Ahmadou Moctar Diallo. Pour faire face à la demande de plus en plus forte de sa clientèle, notre entrepreneur  va contacter plusieurs autres laiteries en province pour être approvisionné en produits laitiers.  Mais cette solution conjoncturelle ne va pas tarder à montrer ses limites. « On était confronté aux mêmes difficultés. Comme le lait est saisonnier, il y a des moments où en province il y a manque aussi. » Il décide alors d’apporter sa solution structurelle à ce problème. C’est ainsi que l’idée de la création de sa propre unité de transformation de lait germera. Cette unité portera le nom de Laiterie de Nagrin.

                  2008, la Laiterie de Nagrin sur les fonts baptismaux

« C’est à partir de 2008 que nous avons commencé la transformation ici à Nagrin avec une production journalière de 40 litres ». L’expérience du promoteur et le réseau qu’il a réussi à créer durant toute sa carrière d’employé de laiterie lui auront permis de mettre son entreprise sur la bonne trajectoire dès sa création. « L’avantage est que nous avons commencé par la distribution. On avait déjà construit le réseau de distribution. Du coup, depuis qu’on a commencé la production, on n’a pas de problème d’écoulement. » Revers de la médaille, la Laiterie de Nagrin s’est vue dans l’incapacité de satisfaire la forte demande de sa clientèle. Sous l’impulsion de son promoteur, la capacité de production journalière de cette laiterie passera de 40 litres à près de 600 litres en 2019. Cette performance, bien qu’intéressante, ne satisfait pas le promoteur Diallo dans la mesure où elle n’arrive toujours pas à couvrir les besoins de la clientèle. Pugnace qu’il est, il n’entend pas faire durer cette situation d’insatisfaction de la clientèle. « On est en train de voir avec certains partenaires pour demander des appuis afin de renforcer la capacité. A ce niveau, on est un peu avancé. Récemment, on a même acquis un pasteurisateur qui nous permet d’aller jusqu’à 2000  litres par jour ».

                           Le problème de la matière première

Si l’accroissement de la capacité de production journalière est techniquement à  sa portée, Ahmadou Moctar Diallo doit résoudre l’épineux problème de la disponibilité de la matière première. Malgré le fait qu’il a treize fermiers qui lui livrent le lait, la Laiterie de Nagrin en veut plus pour pouvoir satisfaire sa clientèle et pouvoir effectivement produire 2.000 litres par jour. Comme lui, quasiment toutes les laiteries souffrent de cette situation d’indisponibilité de la matière première.  Ainsi donc, malgré le nombre important de têtes de vaches au pays des hommes intègres, la production laitière demeure insuffisante. A ce sujet, Moctar Diallo a son explication  « Nos races locales ne sont pas productives. C’est vrai qu’il y a des efforts qui sont faits pour le métissage des vaches afin de produire des vaches laitières. Mais on n’est pas encore arrivé à un niveau de satisfaction où on a vraiment ces résultats. » 

La laiterie de Nagrin a aujourd’hui onze ans (11) ans d’existence.  Elle emploie onze (15) personnes qui sont actives dans la transformation et la distribution. La Laiterie de Nagrin offre divers types de produits laitiers dont entre autres le lait frais pasteurisé, le yaourt, le Gapal, le lait demi-écrémé et une recette maison : le kourban fulbè. Cette dernière, spécialité de la Laiterie de Nagrin est de plus en plus connue et appréciée par les clients. Les produits de la Laiterie sont distribués à Ouagadougou, Koudougou et Léo. D’autres localités du Burkina Faso auront bientôt les produits de la Laiterie, foi d’Ahmadou Moktar Diallo.

Sentinelle BF

 

 

 

 

 

 

2 Comments

  1. Félicitations et courage au visionnaire. Ce sont des jeunes entrepreneurs comme lui qui doivent être vraiment soutenu pour améliorer les conditions de vie des producteurs de lait local. La laiterie emploie déjà 15 personnes c’est vraiment formidable mais imaginer si celle-ci a les financements nécessaires elle pourra employer une centaine de personnes. Courage et bon vent à cette géante en croissance.👏👏👏

  2. Chers frères bravo à vous,ne vous arrêtez pas seulement au Faso. Prospectez en Côte d’Ivoire. Mon souhait est l’approvision de la sous région de vos produits laitiers diversifiés(poudre,concentré et sucré)

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*